Quel programme santé pour les 2 candidats à l’élection présidentielle ?

Retour à des actualités

Partager

Quelles propositions des candidats au second tour pour le secteur du DM ?

Quel programme santé pour les 2 candidats à l’élection présidentielle ?

Après le premier tour de l’élection présidentielle, le 10 avril, ce sont donc Marine Le Pen et Emmanuel Macron qui, comme en 2017, s’affronteront au second tou
Si aucun des deux challengers n’a émis de propositions directement à destination des entreprises du dispositif médical, certaines de leurs mesures autour de la santé peuvent néanmoins les concerner. En voici un aperçu.

Produits de santé et technologies médicales

Les deux candidats ont en commun la relocalisation de la production de médicaments en France.

Le programme d’Emmanuel Macron s’inscrit dans la continuité des décisions prises au cours de son quinquennat avec un investissement important dans la recherche et l’innovation (Plan Innovation Santé 2030). Il souhaite ainsi poursuivre le développement de 20 biomédicaments et biotechnologies ainsi que des nouvelles technologies comme les exosquelettes.
En revanche, le programme de Marine Le Pen ne comporte pas de propositions sur l’innovation en santé.

E-santé et numérique

La candidate RN souhaite développer la télémédecine « sous toutes ses formes » grâce à un plan d’investissement massif.

Le président sortant préconise quant à lui de déployer la téléconsultation, la télé-expertise et le suivi à distance pour faciliter l’accès aux soins dans les déserts médicaux et désengorger les urgences. Il souhaite également achever la couverture numérique par la fibre sur l’ensemble du territoire d’ici 2025.

Accès aux soins et déserts médicaux

Dans la lutte contre les déserts médicaux, Marine Le Pen veut mettre en place « des incitations financières fortes » dont une rémunération de la consultation modulées selon le lieu d’installation et une action de l’État pour augmenter l’attractivité de ces zones.

Emmanuel Macron, refusant tout système contraignant, souhaite lancer une grande conférence des parties prenantes (professionnels de santé, collectivités locales et représentants des usagers) sur ces sujets.

Prévention et santé publique et environnementale

Le Rassemblement national donnera « plus de place à la prévention » et rendra les visites médicales scolaires de nouveau obligatoires.

Le président candidat fait de la prévention une priorité de son programme via, notamment, un plan autour de la santé de la femme, la détection précoce des écarts de développement pour les enfants ou encore la création d’un bilan de santé complet et gratuit aux âges clés (25, 40 et 60 ans).